WILTING POINT -
12
product-template-default,single,single-product,postid-1000,bridge-core-1.0.4,cookies-not-set,woocommerce,woocommerce-page,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,columns-4,qode-theme-ver-18.0.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Catalogue

WILTING POINT

45.00

 

En revisitant dix ans de reportage, William Daniels relie les lignes de fracture de notre planète
et précipite le lecteur fasciné dans le chaos.

Description

PRÉSENTATION

En botanique, le wilting point (« point de flétrissement ») décrit le seuil en deçà duquel la teneur en humidité du sol ne permet plus à la plante de survivre. Elle flétrit, avant de mourir si ces conditions hostiles perdurent. Dans notre monde, il existe d’autres points de rupture, des entre-deux fébriles
qui maintiennent un lien ténu entre vie et mort.

Le reporter, parce qu’il donne à voir le monde en mouvement, traque ces équilibres précaires.
Il plonge dans le chaos et, saisissant le fracas, tente de le comprendre. William Daniels, photographe documentaire, travaille depuis plus de dix ans sur des territoires en conflit, dans des zones sensibles. Révolutions kirghizes, guerres communautaires en Centrafrique, exodes des Rohingyas, Cachemire,
ex-URSS… Si ces situations n’ont a priori rien en commun, beaucoup présentent pourtant des identités confuses, un déséquilibre qui s’exprime par des tensions récurrentes apparemment insolubles et qui peuvent même avoir des répercussions bien au-delà de leur pays d’origine.

Au fil des soixante images associées dans cet ouvrage, un dialogue s’ouvre, qu’il repose sur le rapprochement ou la confrontation. Démultipliée, la tension est palpable mais toujours liée à une beauté furtive et éphémère. Tout n’est qu’attente dans l’espoir d’un dénouement ou la crainte d’un avenir encore plus incertain.

AUTEUR

Né à Mont-Saint-Aignan en 1977, William Daniels commence sa carrière de photographe en 2002 après avoir suivi les cours du centre IRIS pour la photographie à Paris. Son premier reportage l’emmène aux Philippines. Lauréat de la Bourse Défi Jeune, il remporte en 2004 le Prix de la photographie sociale et documentaire avec son reportage Les petits fantômes de Manille portant sur le sort des enfants des rues de la capitale philippine. Depuis lors, il parcourt le monde afin de couvrir les crises humanitaires, les conflits armés en s’intéressant particulièrement au sort des populations vulnérables. Son travail a été récompensé par de nombreux prix internationaux, dont deux World Press, le Visa d’or humanitaire du CICR, la bourse de la fondation Lagardère, la bourse Tim Hetherington, la bourse Getty Grant.

Additional Information
Reliure

Broché, reliure à la suisse

Format

21,5 x 29,5 cm

Nombre de pages

144 pages

Langues

Bilingue français-anglais

Nombre de photos

environ 60 photographies couleur

ISBN

978-2-900840-04-7

Parution

18 janvier 2019